skip to Main Content

Martine Masson – thérapeute de lumière

Un chalet, une fleur au nom encore inconnu et une grand-maman aux connaissances stupéfiantes ; voici les premières notes du parcours de vie de Martine.

Dès l’enfance, l’envie d’apprendre les propriétés des plantes et d’en faire son métier l’habite. En grandissant, un stage en droguerie vient confirmer cela. Mais Martine est faite pour les études aux dires de son entourage. Elle va donc emprunter la voie gymnasiale puis essayer l’université mais l’appel de la santé au naturel sera le plus fort.

Après un apprentissage de quatre ans, la voilà droguiste certifiée. Un nouveau chapitre commence en tant qu’employée dans une nouvelle entreprise.

Durant trois ans et demi, Martine va évoluer professionnellement et personnellement. Passionnée par les huiles essentielles depuis ses débuts en tant qu’apprentie droguiste, elle va ajouter à son parcours un diplôme d’aromathérapeute. Durant deux ans, en cours d’emploi, elle travaillera d’arrache-pied pour obtenir son diplôme. Ce dernier en poche, la soif de connaissance reprend ses droits. Martine entreprend une formation de naturopathe. Celle-ci dure un an, toujours en parallèle à son travail chez son employeur.

Mais la vie n’étant pas toujours un beau ciel bleu, des nuages viennent obscurcir ce dernier. En effet, au cours de ces trois années écoulées, de nombreuses remises en question et prises de conscience viennent bouleverser le quotidien. Cela va conduire à de gros changements de vie. Puis, un jour d’août 2017, l’école de naturopathe ferme ses portes. Là, c’est l’écran noir… Des épreuves s’ajoutent encore à cette nouvelle, ce rêve qui s’éloigne et Martine connait alors comme une mort émotionnelle. Elle a le sentiment d’être perdue dans un étroit tunnel mais ce dernier laisse entrevoir les rayons du soleil à sa sortie. Une renaissance commence doucement…

Martine s’accroche à son rêve d’être naturopathe. Puis comme une lumière à l’horizon, l’EPSN (école professionnelle supérieure de naturopathie) lui ouvre ses portes. Cela va lui donner la force de se reconnecter à sa passion, à son domaine, à elle-même. Les épreuves n’arrivent jamais dans nos vies par hasard et c’est en traversant un burnout, qu’aujourd’hui, Martine peut à son tour aider et comprendre des personnes en souffrance émotionnelle et/ou physique.

A travers son vécu et ses formations, Martine Masson est devenue une thérapeute compétente, investie et passionnée.

Comment je me suis passionnée pour les thérapies naturelles

“Ma maman et ma grand-maman connaissaient déjà beaucoup de choses sur la nature et les plantes en général, et j’ai souvent eu l’occasion d’apprendre avec elles quand j’étais petite. On jardinait, on se promenait beaucoup, on allait se balader en montagne et à la campagne. Petit à petit, j’apprenais le nom des fleurs et des arbres, la vie des animaux sauvages, quels fruits étaient comestibles ou toxiques, et comment récolter les champignons.

L’évènement qui m’a orientée vers les plantes médicinales est une anecdote qui s’est passée à notre chalet, lorsque j’étais enfant. Ma grand-maman et moi sommes arrivées sur la terrasse, elle a remarqué les fleurs qui décoraient la plate-bande sous les fenêtres. Elle s’est soudainement précipitée pour s’agenouiller devant elles et commencer à en manger les feuilles ! Ma première réaction fût de me dire que ma grand-mère était devenue folle, qu’on allait devoir l’interner.

Ensuite, elle a même insisté pour m’en faire goûter : « manges-en, manges-en plein ! C’est bien pour toi qui vas faire des études ! ». J’ai accepté avec méfiance, toujours persuadée qu’elle était bonne pour l’asile. J’ai regardé la feuille de travers, fait la moue, mis la feuille dans ma bouche et commencé à mâcher ; ce n’était vraiment pas très bon, amer et… pas bon du tout. En même temps, j’étais jeune, mes qualificatifs gustatifs n’étaient encore pas très développés. Au point que je commençais à me demander si on n’était pas en train d’essayer de m’empoisonner…

Puis on est rentrées à l’intérieur, ma maman et elle ont sorti un livre sur les plantes médicinales. Fascinée par les dessins de la même petite plante qui jonchait le parterre de fleurs, à première vue décoratif, je buvais les paroles de ma grand-maman qui m’expliquait que la petite pervenche avait des propriétés reconnues pour l’activité cérébrale. Le livre indiquait qu’elle améliorait la concentration et augmentait les capacités de mémorisation. Elle était donc effectivement conseillée pendant la scolarité ou lors de périodes d’examens !

Captivée par le savoir de ma grand-mère, j’ai décidé que tout comme elle, j’apprendrais les propriétés des plantes, et même plus, que j’allais en faire mon métier. Bien qu’à ce moment précis je n’avais aucune idée de si cela serait possible, peu m’importait, mon choix était fait.

C’est comme ça qu’en quelques minutes, ma petite grand-maman était passée à mes yeux du stade de « complètement détraquée » au statut de « guérisseuse aux connaissances stupéfiantes » et a donné un sens à ma vie.”

CURRICULUM VITAE

Formations

2017-2019                                   Naturopathe Diplôme fédéral – EPSN, Lausanne 

2016-2017                                   Naturopathe ASCA – CRPS, Vevey 

2014-2016                                   Aromathérapeute ASCA – ERA, Lausanne 

2010-2014                                   CFC Droguiste – Droguerie du Théâtre, Vevey 

2008-2010                                   Université de Lausanne en Sciences criminelles 

2005-2008                                   Maturité gymnasiale en biologie et chimie – CESSEV, La Tour-de-Peilz 

2005                                              Fin de scolarité 

Pratique professionnelle

2017-Aujourd’hui                        Droguiste – Droguerie Garrone, Monthey 

2014-2017                                   Droguiste – Sunstore, Aigle 

2010-2014                                   CFC Droguiste – Droguerie du Théâtre, Vevey 

Back To Top